Présentation

Film documentaire, 52′, XDCam HD

Titre : Mato no muko, « au delà de la cible »

© Shimerick, Annemasse 2012

Réalisateur : Erick Moisy

Producteur délégué : Pascal Diot

Producteur exécutif : ML Prod

 

La cible est la métaphore la plus utilisée par les spécialistes du management comme du marketing. Le Kyudo, Tir à l’Arc Traditionnel Japonais, assume l’idée de compétition entre les hommes, sans compromettre les notions de solidarité et de bien-être de chacun. La logique des « vainqueurs » n’entraîne pas systématiquement celle des « perdants ». Dans cet art millénaire, subtil et magnifique, une certaine idée de la compétition ouvre la voie à une véritable coopération entre les hommes. Que voit le Maître au-delà de la cible ?

« (…) C’est un projet de grande qualité tant par son écriture que par la philosophie de vie qu’il nous fait découvrir (…) L’approche proposée ouvre sur une réflexion plus large autour de l’esprit de compétition dans nos sociétés globalisées et par ailleurs l’angle choisi se situe à la croisée d’une pratique  sportive (même si elle comporte une dimension artistique) et d’une question de société. (…) » Nathalie Verdier / Chargée de programmes ARTE France
 
« (…) Il est beau, ce film, il touchera non seulement les spécialistes de la discipline mais il peut aussi susciter des vocations chez les néophytes. C’est une étonnante porte d’entrée pour accéder dans cet univers chevaleresque d’un autre temps tout en résonnant particulièrement bien avec notre monde contemporain. Ces Samouraïs qui disciplinent corps et esprit par leur éthique de vie, représentent  la crème de la crème dans leur domaine. Cet aller-retour orient/occident interroge et relativise nos concepts de compétitivité. La mise en résonnance par-delà les cultures permet une mise en perspective très enrichissante. J’ai beaucoup aimé l’idée qu’il faille préserver la dignité des gagnants comme celle des perdants. Et puis aussi, l’importance de ce qui se passe « de l’autre côté ». Là où « l’âme est aspirée vers l’invisible ». C’est comme si la flèche devenait, in fine, un vecteur pour atteindre le Satori. La force de la transmission entre les générations et les aspects historiques sont bien développés. La question de savoir s’il s’agit d’une religion est aussi bien posée. La réalisation est très esthétique… » Emmanuel Tagnard / Producteur RTS
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s